jeudi 22 novembre 2007

Vaychlah - Dites Merci !

Direction le moyen-âge.

La grande mode du monde juif à l'époque, c'est d'essayer de réaliser le code de lois "ultime" où l'on pourrait trouver toutes les règles et toutes les décisions tranchées par les décisionnaires sur la pratique du judaïsme.
Plusieurs s'y sont essayés, le Smag, Maïmonide (dont la clarté et l'exhaustivité de son oeuvre sont inégalées jusqu'à aujourd'hui), le Rama, etc...jusqu'à un certain Rabbi Yossef Caro, qui en réalisant le Choulhan Aroukh a créé un véritable tournant.
Mais ce qui nous intéresse cette semaine, c'est l'auteur à partir duquel Rabbi Yosef Caro a bâti sa structure: le Tour (Rabbi Yaacov ben Acher).
Le Tour donc, explique la chose suivante: les 3 pélerinages obligatoires devant être faits à Jérusalem à l'époque du temple sont liés à nos 3 patriarches:
- Pessah est lié à Avraham
- Chavouot est lié à Itshak
- Soukot est lié à Yaacov

Pessah pour Avraham, on comprend: il a demandé à sa femme de faire des Matzots quand les anges sont venus le visiter, ce qui correspond à la vertu d'Avraham: la bonté.

Chavouot pour Itzhak, OK, c'est bon, car on raconte que le Shofar a été sonné au mont Sinaï lors du don de la Thora, Shofar qui symbolise le bélier qui a été pris pour sacrifice à la place d'Itshak au dernier moment (comme dans l'Arme Fatale, au moment où Riggs découpe le fil rouge (non bleu) quand le compteur est à 001...). En plus, Chavouot, c'est le don de soi pour servir Dieu, ce qui est exactement l'attitude continue de notre père Itshak

Soukot pour Yaakov, c'est plus compliqué. Quel rapport ?
Le Tour répond de façon lumineuse: "Comme il a fait des cabanes pour ses moutons et qu'il a appelé cet endroit Soukot, alors hop on a relié Yaakov à Soukot".
Super, il a fait des cabanes pour ses moutons. Fort bien. Un peu bizarre quand même.
Pourquoi appeler d'un nom spécial un endroit où on fait des cabanes ?
Le Orah Haim répond la chose suivante: c'était la première fois dans l'histoire de l'humanité que quelqu'un protégeait ses animaux.
Mais attention ! dit le Rav Bergman (le gendre du Rav Schakh), Yaakov n'a pas couvert ses animaux pour son propre intérêt parce qu'il pensait qu'il se ferait plus de tunes avec des moutons en bonne santé. Il l'a fait parce qu'il a reconnu les bienfaits que lui apportaient les moutons.
Oui, oui. Yaacov reconnaît que c'est grâce aux moutons qu'il gagne sa vie, alors il les protège en guise de reconnaissance. Yaacov, c'est le roi du "Hakarat Hatov". Il "reconnaît toujours quand un bienfait est réalisé".
Il reconnaît par exemple que son frère (Esaü), même si c'est un vrai blaireau, a toujours respecté ses parents comme aucun homme ne le fera jamais dans l'histoire de l'humanité.
Il va demander à son fils de s'occuper du bien-être des moutons car il reconnaît le bienfait apporté par ces bêtes.
La Thora de Yaacov, c'est de ne jamais être ingrat, c'est de toujours remercier lorsque quelqu'un, (ou même quelque chose !) nous apporte un bienfait.

Et là, on comprend mieux le rapport avec Soukkot.
Soukkot, c'est la fête par excellence où l'on remercie Dieu de nous avoir sorti d'Egypte et de nous avoir protégé dans le désert par des nuées. Comme l'a fait avant nous notre patriarche Yaacov....et comme on ne sait que très rarement le faire dans notre monde !!
Combien d'employés ou de membres bénévoles d'associations ne se sont jamais entendre dire "Merci" par leur chef pour tout le travail accompli ? Combien de personnes se sont-elles investies dans une association ou un mouvement sans qu'on ne reconnaisse le bienfait qu'elles y ont apporté ?

C'est là une des leçons de la paracha de la semaine:
- oui, il faut faire preuve de bonté et aider les autres comme l'a fait Avraham
- oui, il faut se donner à fond dans ce qu'on fait, comme l'a fait Itshak
- oui, il faut remercier ceux qui donnent , comme l'a fait Yaakov...
- et oui, un "travailleur" sera vingt fois plus motivé si on lui dit: "Merci c'était génial", que si on lui filait un chèque d'heures supplémentaires... !

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget